Pianiste, Écrivain, Conférencier
1er Prix de Composition au TIM à Rome – 1999

En 30 ans, Marc Vella a parcouru environ 300 000 kms avec son piano à queue sur les routes et chemins de près de 50 pays pour célébrer l’humain. Étudiant en classe prépa pour entrer en Normale Sup Philo, il change de cap pour vivre la musique.

En 1985 il remporte le Prix de Composition à l’ENM de Paris, et le 1er Prix de Composition à Rome au TIM en 1999.

En 2004, il crée avec le soutien de la CITRAM, La Caravane amoureuse, entrant dans le cadre de La Décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix, chef de file : L’UNESCO. En 15 ans et 11 caravanes, plus d’un demi-millier de caravaniers ont participé à cette aventure et 28 pays ont été « conquis amoureusement ».

Pianiste virtuose, concertiste conférencier, sa philosophie et ses ouvrages comme Le pianiste nomade, L’éloge de la « fausse note » devenu un Long-Seller, et La clé d’Être connaissent un grand succès. Ses conférences et son travail sur le thème de la « fausse note » sont aujourd’hui des incontournables du développement personnel.

En janvier 2019, il crée près de Genève en partenariat avec le docteur Pascal Bourne et le psychiatre Bruno Roualdès L’École de la « Fausse Note », parrainée par Pierre Richard et Brigitte Lahaie.

Créateur de concerts d’émergence, il donne régulièrement des stages destinés autant aux professionnels qu’aux amateurs et profanes.

https://www.marcvella.com/FR/marc-vella.html

UN PEU DE CONTEXTE

Nous sommes nombreux à penser qu’un maître est accompli par des années de pratique, de discipline et d’ascèse… Mais vu le contexte politico-sani- taire dans lequel nous sommes, disposons-nous de toutes ces années pour atteindre cette réalisation ? Je crains hélas que non. Face à l’urgence, il nous faut donc repenser ce qu’est un maître. Un maître, la langue des oiseaux nous le dit, est un être qui s’aime. Le M’Être est en paix avec ce qu’il est et n’est pas encore. Contrairement au quidam qui s’en sent coupable, pour le maître, ses insuffisances ne sont pas honteuses, elles sont cadeaux du Ciel, parce que principes de tout cheminement. Le maître n’est ni fier ni coupable, il est humble. Cette humilité est fondamentale.

Un maître est toujours en chemin, en paix avec lui-même, il ne sait rien.
À chaque instant, il apprend et s’émerveille, s’aime et aime.

Pour ne plus être victime, osons incarner le maître en chemin, l’avatar en devenir. Bien sûr que nous sommes défaillant, ce n’est pas une tare, nous sommes humain. Que tout cela ne nous empêche pas d’être ce maître. C’est dans cette tonalité qu’il nous faut raisonner et résonner. Cette tonale est notre fondation appelée le Soi sur laquelle se pose et se joue toute la musique de notre vie. De cet ostinato intérieurement installé s’entendent plusieurs harmoniques, mais une à la quinte est plus sonore que les autres. Elle est nommée pour cela la Dominante. Elle est l’expression de notre nature profonde. Tout le travail est de faire en sorte que notre Tonale et notre Dominante se reconnaissent et s’épousent. Nous aurons alors établi notre quinte intérieure, donnant accès à l’intime de nous-mêmes, à savoir notre essence. De là pourra alors se manifester notre quintessence.

Tant que tu es hors de ta quinte,
la vie t’esquinte.

Nous le savons, dans la musique de la vie, il y a inévitablement des fausses notes, mais axés par notre quinte intérieure, de fait, ces dissonances s’harmonisent. Utilisons aussi l’outil le plus puissant qui soit : le silence. Ces principes, bien évidemment, se retrouvent dans la musique, Bach, Rachmaninov, Mozart, les Pink-Floyd, le jazz, la variété, le folklore, la World music, etc. Tous en usent et en abusent. La raison de tout cela est simple : La Quinte est un vortex vibratoire, il est le bruit de fond de tout l’univers sur lequel celui-ci s’équilibre et construit sa magnificence. La quinte, c’est la lumière.

Quelles que soient les épreuves, passées, présentes et à venir, soyons en gratitude avec la vie, car le maître a compris que le bonheur ne vient pas à lui, il naît de lui. En joie, pleinement présent à La présence, il est conscience. Aligné, il est l’instant dans l’instant. De ce mot, la langue des oiseaux nous dit : l’un se tend. Sois cela et tu seras relié… Voilà comment être ‘’debout’’ dans la tempête sanitaire, semblable à l’arbre, réceptacle des deux sèves, à la fois du Ciel et de la Terre, expressions de la grâce. Là est la clé de tout, mon travail est de vous transmettre cette clé. Et cette clé n’est pas une clé, c’est un pass… Un pass salutaire…

Marc Vella

Le Stage